Confinement : l’occasion idéale

Occasion idéale pour une greffe capillaire : le confinement !

Jamais nous n’avons connu pareil afflux de patients que depuis le début du confinement. D’une part parce qu’un tel traitement peut être suivi sans que proches ou collègues ne puissent s’en apercevoir. De l’autre, les temps sombres que nous traversons encouragent à s’offrir ce petit bout de bonheur.

L’image de soi

Pour beaucoup, l’année passée fut pour le moins éprouvante. Plus que jamais, nous fûmes confrontés à nous-mêmes et à la merci des idées noires qui se sont forgées dans le creuset de cette autoréflexion. Cela va faire plus de 20 ans maintenant que nous constatons, à la clinique, à quel point le patient entretient une mauvaise image de lui-même. Si certaines personnes se font une raison d’avoir à vivre avec une ligne capillaire fuyante ou des cheveux clairsemés, d’autres en sont littéralement incapables, cette spirale s’aggravant souvent avec le temps. Les gens se comparent constamment aux autres, sans parler de la pression exercée par les médias sociaux. Non, vraiment, la calvitie ne répond pas du tout aux canons de beauté d’aujourd’hui !  

Le confinement

L’année dernière, nous avons reçu un quart de demandes de greffes de cheveux en plus. Face à l’actuelle conjoncture, jamais le besoin n’a semblé si pressant. Nos greffes capillaires se pratiquent en effet dans une clinique de jour et sous anesthésie locale. Les cheveux sont rasés et la guérison intervient au bout de cinq à dix jours. C’est précisément là que le couvre-feu joue un rôle majeur : on peut retourner au travail après un jour ou deux, sans que personne ne pose de questions sur la nouvelle coupe de cheveux « maison ».  

Un revers de médaille

Il y a quelque temps, la tendance était pour beaucoup de partir se faire greffer des cheveux à l’étranger. Nous en voyons actuellement les résultats ! Jamais, hélas, la demande en greffes capillaires, dites correctives, ne fut aussi forte : lignes capillaires trop basses ou trop droites, et par-là, aux antipodes du naturel, formations de houppes de cheveux poussant dans le mauvais sens, etc. Sans compter tous ces patients présentant une zone donneuse endommagée par une grande cicatrice ou une multitude de petites cicatrices. « Quel gâchis ! » déplore le Dr Feriduni.

« Je ne saurais trop insister sur l’importance de résultats naturels. Lors d’une correction, nous retirons les cheveux implantés, tout en traitant la cicatrice avec le plus grand soin. Pour tous ces patients « abîmés » le prix ne joue plus aucun rôle, la seule chose comptant à présent étant de se débarrasser au plus vite de leurs « loupés ».
Dr. Feriduni

Un petit bout de bonheur

C’est à la Flandre qu’il revient le mérite d’avoir inventer le fameux triangle du bonheur, une belle initiative que nous nous contentons de favoriser et de pérenniser. Même apparemment solide comme le roc, la confiance en soi cache souvent un égo hyperfragile. Au demeurant, force est de constater que de plus en plus de personnes osent franchir le pas pour reconnaître et traiter leur problème. Cela coûte cher, certes, mais le résultat en vaut la chandelle : on en profite à vie et l’image que l’on a de soi en est automatiquement rehaussée. « J’ai maintenant plus de 20 ans d’expérience en matière de greffe capillaire, et ce qui me motive toujours, comme au premier jour, c’est de permettre à mes patients de s’épanouir. Ce qui est beau dans notre métier, c’est de pouvoir à chaque fois créer un peu de bonheur. Dans l’esprit de la plupart des gens, les greffes de cheveux sont des traitements purement esthétiques, or ils sont tellement plus que ça ! L’être humain est sensible, et tous les membres de notre équipe tiennent compte de cette réalité. Priorité absolue au patient ! » Le Dr Feriduni assiste également des personnes souffrant de calvities dues au cancer, à des cicatrices ou à des brûlures. C’est d’ailleurs la raison d’être de sa Fondation, dans laquelle il s’efforce de traiter gracieusement un patient tous les mois.

De bonnes résolutions ?

« La vie est courte, mange le gâteau ! » Où est donc le mal à se renseigner et à reconnaître un problème personnel ? Sur notre site Web, nous proposons un formulaire de consultation en ligne, gratuit, qui se remplit en moins de deux. Quelques jours après, le Dr Feriduni fournit un premier conseil personnalisé, accompagné d’une estimation gratuite. On sait ainsi, sur-le-champ, si la greffe capillaire fait partie des solutions à envisager. Jamais le Dr Feriduni ne traitera quelqu’un s’il n’est pas convaincu d’un bon résultat et de sa durabilité à long terme.  

Contactez nous pour plus d'informations 
+32 11 299 790 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.